Votre demande a été prise en compte !

Retrouvez notre guide complet : comment bien acheter son véhicule d'occasion ?

Voici ce que Raoul fait pour vous.

Découvrez comment Raoul peut vous aider.

Assistant dans votre recherche

Raoul s’associe à votre recherche de véhicule en déterminant les meilleures annonces.

Allié contre les mauvaises surprises

Raoul vous évite les arnaques et vices cachés en inspectant le véhicule convoité.

Conseiller au quotidien

Raoul vous tient la main au quotidien en répondant à toutes vos questions automobiles.

Bien acheter sa voiture d’occasion !

 

Acheter une voiture d’occasion peut vite s’avérer être une aventure difficile et parfois très coûteuse en temps et en argent. Pour bien achetez sa voiture d’occasion nous avons rédigés un guide qui doit permettre même aux novices d’avoir les réflexes élémentaires pour éviter de se faire avoir lors de cet achat. 

Ça Roule Raoul est là pour permettre aux personnes qui souhaitent acheter un véhicule d’occasion de s’entourer de professionnels du secteur afin d’éviter les mauvaises surprises et de négocier le prix au plus bas. 

Vous avez sûrement déjà entendu ces fameuses phrases :

“J’ai que des soucis avec ma bagnole d’occasion que j’ai acheté récemment.”

“N’achète pas à particulier, tu te feras avoir.”

Pour éviter de les répéter à votre tour, il faudra être attentif à chaque étape du processus d’achat : le repérage sur les sites de petites annonces, la prise de contact, la visite du véhicule, la partie administrative, etc,… 

Dans ce guide pratique, nous allons raisonner étape par étape en commençant par se poser les bonnes questions quant au modèle de véhicule qu’il vous faut. Ensuite, par où commencer quand il s’agit de le trouver, et pour finir, comment bien acheter son futur véhicule. 

 

trouve ton vehicule - trouve ton véhicule-cherche véhicule-acheter sa voiture d'occasion

 

 

I – Quel modèle de véhicule choisir comme voiture d’occasion ?

 

Voiture française ou étrangère, citadine ou monospace, diesel ou essence ? Autant de questions auxquelles il faut répondre avant de se lancer dans l’achat de sa future voiture. En effet, il existe un choix très large de modèles mais tous ne correspondent pas à votre future utilisation. Les marques les plus répandues restent néanmoins les marques françaises telles que Renault, Peugeot et Citroën.
A savoir, les véhicules les plus vendus en France sur le marché de l’occasion en 2020 sont :

N°1 Renault Clio

tout savoir sur la Renault Clio. 

N°2 Citroën C3

N°3 Volkswagen Golf

voiture-podiumvoiture-voiture préférée des français- renaultclio-volkswagen-volksvagen-acheter sa voiture d'occasion

 

Le podium est occupé essentiellement par des berlines compactes qui ont la particularité d’être maniables, confortables et économiques.

Tout d’abord, vous devez avoir une idée du budget que vous allez consacrer à votre projet automobile. Ensuite, il vous faut réfléchir à la fréquence d’utilisation de votre véhicule. Vient après le nombre de kilomètres que vous comptez parcourir par an. Ces éléments vous mettrons sur la piste pour définir une catégorie de véhicules (citadine, berline, monospace, tout-terrain,…). Sachez qu’avec une citadine, on effectue en moyenne 10 à 15 000 kms par an, une berline c’est plus de 20 000 kms.

 

citadine-voiture-smart-voiture d'occasion-berline-acheter sa voiture d'occasion

 

 

En ce qui concerne l’aspect technique, à savoir la motorisation et sa puissance, tout dépend encore une fois de votre utilisation.

Si vous roulez uniquement en ville sur des courtes distances, il n’est pas utile de prendre un véhicule puissant et vorace en carburant. Une citadine ou une berline compacte avec un moteur essence peut s’avérer très efficace car peu chère à l’entretien et économique à l’usage quotidien. À savoir, les nouvelles générations de petits moteurs à essence sont conçus pour cette utilisation et savent être dynamiques tout en étant agréables à la conduite.

En revanche, pour une utilisation de votre véhicule principalement sur de longues distances, il serait préférable de s’orienter vers des véhicules diesel ou essence plus puissants. Ils vous procureront une sensation de sécurité lors de vos dépassements. Les moteurs diesel sont plus économes en carburant mais ils s’avèrent être un peu plus coûteux à l’entretien. Cette affirmation a tendance à ne plus se vérifier grâce aux nouvelles générations de moteur à gasoil. Si vous effectuez plus de 25 000 kms par an, nous vous orienterons vers des véhicules diesel conçus pour un usage régulier et intense.

Qu’en est-il des véhicules hybrides et électriques ? Et bien, ces options peuvent être très intéressantes si vous êtes un citadin. Avec les réglementations environnementales en vigueur, ces voitures ont le vent en poupe ! Ils bénéficient de privilèges fiscaux, du stationnement gratuit dans certaines villes, des vignettes Crit’Air 1 voire une pastille verte pour les véhicules à zéro émission (électrique et hydrogène). Cela dit, le prix d’achat de ces véhicules sur le marché de l’occasion reste plus élevé et le choix de modèles est plus restreint.

Pour résumer, la première chose à déterminer est le budget que vous voulez consacrer à l’achat de votre futur véhicule. Plus ce budget est élevé, plus vous aurez la possibilité d’y ajouter des critères comme des équipements (navigation, bluetooth, toit ouvrant,…) ou des exigences esthétiques (couleur, finition,…). Il vous faut aussi fixer le type de véhicule que vous souhaitez acquérir (une familiale, une citadine, un tout-terrain, un utilitaire, etc…). Concernant les caractéristiques techniques, il faut définir également le type de transmission que vous souhaitez, soit une boite automatique soit une boite manuelle. A savoir, la boite automatique gagne en sympathie et se vend de plus en plus sur le marché du véhicule d’occasion. Attention toutefois à certaines transmissions qui manquent de fiabilité (voir ici le guide achat boite automatique).
Peu importe votre budget, notre conseil sera toujours de vous orienter vers des voitures ayant le moins de kilométrage. Sa durée de vie sera plus longue, les frais d’entretien moins élevés et une décote plus lente.

 

 

II – Comment trouver sa future voiture d’occasion ?

 

La première option pour trouver un véhicule d’occasion est la plus simple;  reprendre le véhicule d’un membre de la famille ou celui d’un ami. Souvent, on fait savoir à son entourage que nous sommes à la recherche et il se trouve que le cousin en Rhône Alpes possède une petite Renault Clio 3 parfaite pour vous ! Comme c’est la famille, le prix est avantageux mais ni lui ni vous êtes capables de garantir à 100% son bon fonctionnement et d’anticiper les frais à venir. C’est pour cela que même si la voiture vient d’une personne proche il est important de la faire vérifier afin d’éviter les mauvaises surprises et de rendre les futurs dîners de famille désagréables ! Toutefois, cette solution reste intéressante car vous aurez une idée de l’historique du véhicule et de l’usage qu’en a fait votre proche. Plus on possède de l’information, mieux c’est !

 

En concession

De prime abord, cette option paraît la plus sécurisante car on achète directement auprès d’un représentant de la marque. En général des garanties sont fournies. Cela dit, le prix d’achat sera de 15 à 20% plus cher qu’auprès d’un particulier pour un véhicule équivalent. Les occasions présentes en concession sont principalement des véhicules récents donc à des budgets importants. Il sera également très difficile de négocier le tarif affiché. Donc c’est intéressant pour avoir une certaine sérénité d’esprit mais cela ne vaudrait-il pas le coup de regarder chez un particulier pour moins cher ?

 

concession-consession-voiture-trouver sa voiture d'occasion-trouver sa voiture rapidement

 

Marchands / Revendeurs

Leur réputation n’est sûrement pas des meilleures. Souvent caricaturés, les revendeurs automobiles restent tout de même, pour la plupart, des passionnés qui ont souhaité en faire leur métier. Mais l’émergence de bons nombres de pseudo “professionnels” depuis ces dernières années ont terni l’image des revendeurs. Exerçant depuis des décennies ils se sont forgés une réputation solide dans leur secteur. Il est facile de différencier les marchands peu scrupuleux des sérieux. Vérifiez les avis sur internet avant de vous rendre chez l’un d’eux. Évaluer son professionnalisme par téléphone (accueillant ou désagréable), demander s’il possède l’historique des véhicules qu’il propose. Autrement, il est possible de réaliser des affaires intéressantes car contrairement aux concessions, ils doivent faire tourner le stock très rapidement afin d’être rentable donc vendre vite. Le hic c’est qu’en raison du nombre de véhicules qui transitent chez eux, ils ne peuvent connaître à 100% l’état de leur parc donc l’idéal reste de se faire accompagner.

 

Petites annonces

Deux tiers des transactions sur le marché du véhicule d’occasion en France sont réalisées entre particuliers. Cela reste encore le meilleur moyen de réaliser une bonne affaire pour un achat si important. L’impasse sur les intermédiaires bénéficie aux deux parties car d’une part, le vendeur peut en tirer un bon prix et d’autre part l’acheteur ne règle aucune commission donc il réalise des économies. Le tout est de bien savoir ce que l’on achète et de choisir un véhicule sur base de ses critères mais aussi et surtout sur base d’un historique le plus limpide possible. Grâce à de nouveaux services et moyens mis en place, aujourd’hui, il est possible d’acheter entre particuliers de façon sécurisée et de dénicher des perles rares. Même si les professionnels ne sont pas en reste en termes de voitures proposées à la vente, les annonces regorgent d’offres et vous aurez plus de chances de tomber sur la voiture de vos rêves chez un vendeur particulier que chez un professionnel.

 

leboncoins-leboncoin-voiture-annonces-annonce-trouver sa voiture d'occasion-trouver sa voiture rapidement

 

 

 

III – L’étape prise de contact avec le vendeur

 

Ça y est, vous vous êtes fixé sur un budget et sur un modèle de véhicule. Vous avez repéré quelques petites pépites qui mériteraient le coup d’œil mais vous ne pouvez pas vous permettre de prendre une semaine de congés pour faire le tour de la France et visiter des voitures qui potentiellement n’en valent pas la peine.

Pour cela, il faut savoir poser les bonnes questions lors de la première prise de contact avec les vendeurs (professionnels ou particuliers) afin d’éviter de perdre du temps aussi bien pour vous que pour le vendeur.

 

Disponibilités du vendeur:

S’assurer de la disponibilité du véhicule que vous avez vu sur Leboncoin, Lacentrale ou autres plateformes d’annonces. Cela paraît évident mais bon nombre de personnes se déplacent directement (en général chez des professionnels) sans penser au fait que la voiture est déjà peut être vendue ou réservée. Si un rendez-vous est pris pour une date lointaine, n’hésitez pas à confirmer celui-ci avant de partir car il se peut que la personne ait pris un rdv plus tôt et que le véhicule soit vendu sans que vous soyez prévenu(e).

 

Intérêt pour le véhicule:

Présenter en une phrase votre projet d’achat et votre intérêt pour la voiture en vente. Cela permettra de décomplexer les échanges et de mettre votre interlocuteur à l’aise. Par exemple : “ Je viens d’obtenir mon permis et j’ai repéré votre Peugeot 208 sur Leboncoin et elle correspond à mes critères de recherche, pouvez-vous m’en dire plus sur son état esthétique et mécanique svp ?” Qu’il soit professionnel ou particulier, il se dira que vous n’êtes pas un(e) simple curieux-euse qui l’appelle pour perdre du temps et sera plus ouvert à répondre à vos questions.

 

Évaluer l’entrain du vendeur:

Par téléphone ou par mail, vous pouvez rapidement vous apercevoir si votre interlocuteur répond de manière brève ou s’il est dans une démarche transparente. Mieux vaut un bavard qu’une personne qui ne dit rien ! Nous le répéterons jamais assez, plus il y a d’infos plus vous aurez une visibilité sur l’état du véhicule et donc mieux appréhender les frais futurs.

 

Photos supplémentaires:

Demander des photos/vidéos supplémentaires du véhicule – Parce que nous n’en avons jamais assez, cette démarche vous permettra d’avoir une idée réaliste de l’aspect de la voiture convoitée et aussi de la bonne foi de votre interlocuteur.

 

Les questions techniques:

Afin de mieux appréhender la visite, vous pouvez prendre les devants et demander quels ont été les frais effectués sur le véhicule. À savoir, le changement de la courroie de distribution, par exemple, est une opération coûteuse mais nécessaire et qui ne prévient pas lorsque cela casse. À l’instar du remplacement du kit d’embrayage (pour les boîtes manuelles) qui s’avère cher mais considéré comme un consommable qui s’use plus ou moins prématurément selon la conduite du propriétaire.

Demander également si le véhicule possède un carnet d’entretien, c’est l’équivalent du carnet de santé, à jour (un entretien doit être réalisé chaque année ou tous les 20 000 kms*). Autres questions à poser : “Avez-vous le double de clé en votre possession?”, “À quel niveau d’usure sont les consommables (type pneus, plaquettes et disques de frein) ?”, “Est-ce que tous les équipements de bord sont fonctionnels ?”. Dans le cas où le propriétaire ne répondrait pas à toutes ces questions, cela ne veut pas dire que c’est forcément un escroc qui tenterait de vous arnaquer mais peut être qu’il ne s’y connait pas beaucoup et qu’il vous dira que le jour de votre visite il vous présentera tout ce qu’il a en sa possession. Ayez en tête que tout élément manquant peut aussi être un argument de négociation par la suite !

 

Poser des questions personnelles:

N’hésitez pas à demander au vendeur depuis combien de temps il possède la voiture et si le certificat d’immatriculation est bien à son nom. Il se peut que vous tombiez sur des personnes qui revendent leurs véhicules au bout de quelques semaines, dans ce cas, il faut peut-être se méfier car il se peut qu’ils aient rencontré un problème d’ordre technique et/ou administratif et qu’ils veulent vous transmettre la patate chaude. Toutefois, il existe des cas où la personne s’en sépare prématurément pour des raisons personnelles (séparation, mutation, véhicule de fonction,…). Ayez en tête que l’achat d’un véhicule d’occasion est un projet important et que vous devez vous prémunir au maximum des risques associés donc il faut parfois poser les questions qui fâchent ! Mais rassurez-vous, un vendeur qui n’a rien à se reprocher vous répondra avec bienveillance. Nous vous conseillons également d’évoquer la raison de la vente, bien entendu, le propriétaire peut estimer qu’il n’a pas à vous répondre mais en règle générale une réponse vous sera apportée.

 

Questions administratives:

Demander si le véhicule possède un contrôle technique de moins de 6 mois. Lors d’une vente d’une voiture d’occasion, la législation impose un contrôle technique de moins de six mois qu’il soit favorable ou défavorable. Le contrôle technique sert à vérifier les éléments de sécurité de la voiture (freinage, ceintures de sécurité, pneus, trains roulant, fuites,…). Néanmoins, un véhicule avec un contrôle technique favorable de moins de 6 mois ne veut pas dire qu’il ne présente pas de défaut ! Il se peut qu’il présente de graves défauts électroniques et/ou moteur qui peuvent s’avérer très coûteux.

 

Si vous estimez que le propriétaire avec qui vous échangez est de bonne foi et que son véhicule est conforme à sa description alors il va être temps de demander un créneau pour le visiter ! Une fois sur place, d’autres vérifications devront être effectuées. 

 

 

IV – L’inspection du véhicule: Les astuces contre les arnaques

 

trouver voiture occasion-inspecter voiture d'occasion-ça roule raoul-trouver sa voiture d'occasion

 

 

C’est le jour J, vous visitez la voiture que vous avez repéré ou que l’on vous a recommandé ! Quelles sont les bonnes conditions pour aller voir une voiture d’occasion ? 

 

La météo:

Une météo ensoleillée est un plus car les défauts esthétiques seront plus visibles et vous pourrez prendre le temps qu’il faut pour bien examiner le véhicule. En revanche, si le jour de votre rendez-vous il pleut alors essayez de vous organiser avec le vendeur pour vous mettre au sec car les gouttes d’eau peuvent cacher des rayures et/ou accros. Éviter les visites dans des lieux sombres afin d’avoir une bonne visibilité sur l’intérieur et l’extérieur de la voiture. 

 

Prévoir: 

Ne pas faire ça dans la précipitation, il faut que vous et le propriétaire preniez le temps qu’il faut (prévoir 1h30 à 2h) afin d’aborder tous les sujets. 

 

Être en forme: 

Parce qu’on n’achète pas une voiture d’occasion tous les jours, en moyenne, l’achat d’un véhicule d’occasion se fait tous les 5 ans en France. 

 

1) Les vérifications de base. 

 

Assurez-vous que la personne que vous aurez en face de vous est bien le propriétaire du véhicule et votre interlocuteur au moment de la prise de rdv. Si ce n’est pas le cas, alors il va falloir redoubler de vigilance car la personne présente ne doit pas avoir beaucoup d’informations sur la voiture. 

Ne pas hésiter à demander au propriétaire avant votre visite que le véhicule soit “froid” afin d’effectuer le premier démarrage en votre présence. 

IMPORTANT : Partez toujours du principe qu’on ne croit que ce que l’on voit (factures, carnet d’entretien,…) même si le propriétaire est de bonne foi. Malheureusement, sans qualification technique il sera difficile de vérifier les affirmations de votre interlocuteur donc il faut se baser sur les preuves fournies.

 

Historique du véhicule:

Demandez et lisez attentivement le carnet d’entretien ainsi que les factures fournies. Soyez vigilant à ce qu’il y ait une cohérence entre les dates et le kilométrage. Il est arrivé de tomber sur des incohérences telles qu’une facture d’entretien remontant à 2018 avec un kilométrage relevé de 80 000 kms et une autre facture en 2020 à 75 000 kms. Cela paraît surréaliste mais ça arrive ! Si aucun historique n’est présent sur le véhicule, il faudra partir du principe qu’aucun frais récent n’a été effectué donc ils seront prochainement à prévoir dans le doute.

 

L’inspection visuelle: 

Faire le tour du véhicule et examiner les dégâts carrosserie. Il faut se demander si ce que vous voyez est conforme aux photos de l’annonce, si ce n’est pas le cas alors une vigilance devra être de rigueur, il se peut que le propriétaire dissimule d’autres éléments. Lors de l’inspection visuel, il est important de regarder l’alignement des éléments de carrosserie (portes, capot, pare-chocs,…). Contrôlez les vitres, pare-brise en cas de présence d’impact et/ou fissure. Nous vous conseillons aussi d’ouvrir toutes les portes et le coffre afin de vous assurer qu’elles sont opérationnelles. En faisant le tour du véhicule, si vous observez des décalages et/ou une anomalie à un endroit, il faudra s’y attarder afin de déduire ce qui a pu arriver (gros choc, petit accrochage, peinture qui s’écaille à cause de mauvaises conditions de stockage, etc).

Par exemple : La Citroën C3 qui se trouve devant vous présente plutôt bien mais le capot est mal aligné, vous décidez d’enquêter et après ouverture du capot moteur vous vous apercevez que derrière le pare choc AV le radiateur est incurvé et que la traverse (barre métallique de renfort qui se trouve entre le radiateur et le pare choc avant) a subi un coup. Vous posez la question au vendeur et il se trouve qu’il avoue avoir eu un accident frontal mais qu’il n’a réparé que les aspects esthétiques car la mécanique est “intact”. Dans ce cas de figure, il va falloir malheureusement vous orienter vers une autre Citroën C3 car ce choc pourrait avoir des conséquences sur la conduite et sur votre sécurité. 

N’oubliez pas de bien examiner les roues, elles peuvent présenter de grosses rayures (merci les trottoirs…) voire des fissures ce qui peut avoir des conséquences sur le comportement de la voiture. On s’attarde encore un peu sur les roues et on contrôle si tous les écrous sont présents et s’il y a un écrou antivol. Dans ce cas, demandez au propriétaire de vous présenter la clé pour déverrouiller ces écrous. Sans cela, il va falloir passer par des professionnels pour l’extraction des boulons antivol et cette manœuvre est coûteuse. Enfin, faites un tour des optiques avant et arrière afin de voir s’ils ne sont pas cassés ou fissurés. 

 

Inspection du compartiment moteur: 

Demander au propriétaire du véhicule d’ouvrir le capot moteur sans démarrer le véhicule. Même sans connaissance technique vous pouvez déjà essayer de déceler des anomalies comme des traces d’huile, de fortes odeurs d’essence ou de diesel, des projections blanches qui indiquent une fuite de liquide de refroidissement. Un moteur “sec”, c’est-à-dire sans traces de gras, est déjà un bon signe concernant sa santé. Toutefois, il se peut que le moteur ait été nettoyé juste avant votre arrivée pour dissimuler justement des fuites quelconque. Dans ce cas, les vérifications moteur tournant seront plus parlantes. Vous pouvez aussi réaliser les niveaux d’huile et de checker le niveau de liquide de refroidissement dans le bocal dédié. Un manque d’huile peut signifier que la révision du véhicule n’a pas été effectuée depuis longtemps où que le moteur consomme anormalement de l’huile, idem pour le liquide de refroidissement, qui permet de maintenir la température du moteur et d’éviter une surchauffe. 

 

Démarage à froid: 

 Il est temps de démarrer le véhicule. Si vous êtes accompagné, demandez à cette personne de se tenir à l’arrière de celui-ci lors du démarrage et de vous signaler si de la fumée sort de l’échappement (en hiver cela est possible dû au choc thermique entre la fumée qui sort du véhicule et l’air ambiant, cela ne signifie pas forcément que la voiture présente une anomalie). Toujours au poste de conduite, être attentif au compte tours (indicateur du régime moteur) et s’assurer que le ralenti est stable.

Utiliser vos sens pour déceler un problème ! Si vous entendez des bruits saccadés, un étouffement, un bruit de ferraille, des bruits suspects, méfiez-vous ! Pareil pour ce qui est des odeurs, un démarrage à froid permet de sentir également les émissions du véhicule (bien entendu ce n’est jamais plaisant de sentir la fumée d’une voiture) et lorsque vous sentez le brûlé, une forte odeur d’essence ou de diesel cela veut probablement dire qu’il y a un soucis plus ou moins grave. Moteur tournant, vous pouvez retourner jeter un œil au compartiment moteur et voir s’ il y a des projections de fluides, de grosses vibrations ou encore des bruits suspects. Si tout vous semble correct, alors on continue les vérifications en laissant le moteur tourner afin qu’il monte à bonne température pour effectuer l’essai routier dans de bonnes conditions. 

 

Trains roulant: 

C’est à dire le contrôle des pneus et des freins 

Pour savoir si les pneus sont bons, il faut se souvenir de ce qu’on a appris à l’auto école. Bon d’accord, pour certain ça remonte à loin alors on va faire un petit rappel. Sur un pneu il y a un “dessin” représenté par des rainures et au milieu de ces rainures vous trouverez un témoin d’usure. Lorsque la gomme du pneu atteint le niveau du témoin alors il est temps de les remplacer et ceci est considéré comme étant une usure normale. Pour déceler une usure anormale sur des pneus, il faut les comparer entre eux et déterminer si l’usure est la même. Par exemple, si le pneu avant droit est plus usé sur l’extérieur que le pneu avant gauche, cela signifie que le véhicule ne roule pas droit et qu’il nécessite une intervention (remplacement des rotules de direction, parallélisme, voire un problème plus grave). Pensez également à vérifier que les paires sont identiques, il est interdit de rouler avec des pneus de marques différentes. Enfin, des pneus non usés peuvent être dangereux s’ils sont vieux. Vous pouvez le voir à l’aspect s’ils présentent des craquelures sur l’extérieur. 

 

Les freins peuvent également être vérifiés si la jante le permet. Si la voiture que vous convoitez est équipée de jantes avec des interstices assez larges vous serez en mesure d’évaluer l’épaisseur des plaquettes de frein et de déterminer si elles sont proches de la fin ou non. Des disques de frein usés sont des disques qui sont “creusés”. Si vous passez votre doigt sur le bord de disque et qu’il y a une grosse démarcation entre la surface plane et le rebord alors il sera temps de les changer. Pour les plus petits véhicules, les freins arrière sont des systèmes dit à tambours. Autrement dit, c’est une “cloche” fermée donc impossible de déterminer l’usure au visuel, il faudra se référer au contrôle technique et aux factures d’entretien (en moyenne des freins à tambours ont une durée de vie d’environ 100 000 kms). Pour le reste du train roulant, il faudra passer à l’essai routier pour constater d’éventuelles anomalies mais pas si vite, nous avons encore à faire en vérification statique !

 

fisure fissure pneu-comment reconnaître une fisure-qu'est ce qu'une fisure de pneu-éviter arnaque-trouver sa voiture d'occasion

 

Inspection de l’intérieur du véhicule et du coffre:

Toujours avec le moteur en marche, on continue l’inspection à l’intérieur du véhicule. Il faut porter une attention particulière aux assises, à l’usure du volant, du pommeau de vitesse et des pédales, en somme tous les éléments qui sont sollicités lors de la conduite. Il se peut que le véhicule soit présenté avec peu de kilomètres au compteur mais en réalité il a roulé bien plus et l’intérieur est en général ce qui est le plus négligé car une carrosserie peut se refaire facilement mais pas un tableau de bord. Ensuite, il faut penser à boucler toutes les ceintures de sécurité pour s’assurer de leur bon fonctionnement. A savoir, une ceinture qui ne se boucle pas peut signifier que le prétensionneur est hors service car elle a déjà servi lors d’un accident. Peu de gens le savent mais une ceinture de sécurité à un usage unique, lors d’un gros choc la boucle se resserre pour maintenir le passager. 

N’hésitez pas à soulever les tapis pour inspecter les moquettes et aussi le plancher du véhicule, le ciel de toit s’il n’est pas décollé, déchiré ou tâché. Vous pouvez également d’ores et déjà tester les équipements de bords tels que les vitres électriques, la climatisation, l’autoradio, etc… Cela dit, nous aborderons ces sujets lors de l’essai routier pour tester ces éléments en situation mais rien ne vous empêche de le faire avant. 

Avant de descendre pour contrôler le coffre, vous pouvez allumer les éclairages afin de pouvoir les vérifier. 

Coffre ouvert, contrôlez sous le tapis si tous les équipements sont présents (roue de secours ou galette, cric, écrou antivol, crochet d’attache). Attention, certains véhicules ne possèdent pas de roue de secours mais d’un kit anti crevaison voire un gonfleur. Très important, vérifiez aussi le plancher du coffre si il est régulier et pas déformé. Une déformation indiquerait un choc arrière important qui n’a pas été réparé. 

Normalement, les éclairages sont actionnés donc vous pouvez les vérifier coffre fermé. Demandez au propriétaire d’appuyer sur la pédale de frein et les feux de détresse (warning) afin de vous assurer que les feux de stop et clignotants fonctionnent. Même chose à l’avant. 

 

2) Les vérifications administratives. 

 

La carte grise:

Demandez au propriétaire de voir le certificat d’immatriculation du véhicule afin de vérifier si les informations de l’annonce comme la date d’immatriculation, la plaque et la puissance fiscale correspondent. Si ces données sont différentes alors méfiez-vous car il se peut que les documents ne correspondent pas au véhicule que vous avez devant vous. Attention, il est aussi très important de relever le numéro de châssis de la voiture sur la carte grise et de regarder la correspondance sur la plaque constructeur souvent située sous le capot ou en bas du pare-brise. Le numéro de châssis ou le VIN est le numéro d’identification de la voiture c’est un peu comme le numéro d’une carte d’identité, il est unique. Si celui-ci est différent sur la carte grise et sur le véhicule alors il faut aussitôt faire demi-tour et passer à autre chose. Il est possible que vous soyez face à un véhicule fortement accidenté qui a été remonté avec des « morceaux » d’autres voitures ou pire face un véhicule volé. Dans les deux cas, ce n’est pas une bonne idée de continuer la visite. 

carte grise-trouver sa voiture d'occasion-inspecter sa voiture-trouver sa voiture-Comment bien trouver sa voiture

 

Histovec: 

Avec la carte grise ou certificat d’immatriculation, vous pouvez vous rendre sur histovec. Histovec est le site du gouvernement qui permet de remonter l’historique administratif du véhicule (nombre de propriétaires, courbe de kilométrage, vignette crit’air, provenance) et d’obtenir le certificat de non gage. Ce document est très important dans la mesure où il vous assure que la voiture est “en règle” et n’a aucun blocage administratif. Si un véhicule est gagé, il vous sera impossible de l’immatriculer donc de rouler avec. Cela s’explique notamment par des amendes non payées par le propriétaire, des dettes, etc… Le déblocage doit se faire par le propriétaire uniquement, vous n’aurez aucune possibilité de le faire vous-même. Autant dire que le certificat de non gage est indispensable lors de l’achat d’un véhicule d’occasion ! 

De plus, histovec vous donne de bonne informations quant à l’historique de votre potentielle acquisition. Vous pourrez voir si le véhicule a subi un quelconque sinistre, soit un accident ou un vol. Pour les voitures importées, vous n’aurez malheureusement pas d’information mais d’autres alternatives existent (voir l’article acheter un véhicule à l’étranger).

 

histovec-comment fonctionne histovec-c est quoi histovec-acheter sa voiture d'occasion

 

Documents relatifs au véhicule:

Comme vu plus haut lors de l’inspection de l’historique, il est très important d’avoir en sa possession les factures et/ou carnet d’entretien attestant les différents travaux effectués sur la voiture, sans cela il est difficile de déterminer son bon suivi et par conséquent, les frais futurs. Plus il y a de l’historique, plus le véhicule a de la valeur sur le marché de l’occasion en cas de revente d’ici quelques temps. 

Demandez aussi à voir les notices d’utilisation, le double de clé et le code autoradio (pour les véhicules plus anciens).

 

3) l’Essai routier: indispensable. 

Bon ça y est, il est temps de prendre le volant ! Vous avez déjà vérifié bon nombres d’éléments très importants et si le véhicule vous plaît toujours alors vous pouvez demander au vendeur de l’essayer sur route. 

L’essai routier est indispensable ! Cela va vous permettre d’une part, de vous apercevoir si vous vous sentez à l’aise à son volant et d’autre part de déceler des défauts remarquables uniquement en mobilité. 

Avant ça, on va faire une petite flexion et jeter un œil sous le véhicule afin de contrôler une possible fuite (car le moteur tourne depuis déjà quelques minutes) et la corrosion. SI le dessous est complètement rouillé alors le châssis (le squelette du véhicule) peut s’avérer fragilisé donc dangereux. 

Une fois sur la route, il faut rester concentré sur les sensations et ressentis que vous pourriez avoir. Comme dit précédemment, beaucoup de défauts peuvent être détectés grâce à nos sens. Par exemple, si vous ressentez des vibrations aux pédales et au volant alors quelque chose ne va pas, cela peut être pas grand chose comme un problème très coûteux. Pareil si vous sentez une odeur à l’intérieur de l’habitacle c’est qu’il y a un défaut d’étanchéité au niveau du moteur. 

 

Test de l’embrayage: 

 Frein à main serré, pédale d’embrayage enfoncée, enclenchez la deuxième vitesse et accélérez un peu en lachant peu à peu l’embrayage. Si le véhicule cale c’est que l’embrayage est bon. En roulant, lors d’une accélération franche si le véhicule monte dans les tours mais que la puissance n’est pas transmise au sol c’est que l’embrayage patine et qu’il faut le changer. 

 

Test de direction: 

 Sur une route droite à vitesse régulière, lâchez les main du volant et constatez si le véhicule à une tendance à rester droit ou s’il se dirige vers le côté. Si c’est le cas, une intervention est nécessaire comme un parallélisme ou autre.

 

Test du freinage: 

Si la route est dégagée et que personne ne se trouve juste derrière, vous pouvez freiner franchement et sentir si le véhicule reste droit et adopte un bon comportement. 

 

Test de puissance: 

Ne pas hésiter à accélérer franchement au-delà de 3000 tours minute pour exploiter le moteur et voir s’ il ne présente pas de défaut de puissance. Pensez à jeter un œil dans le rétroviseur afin de voir si de la fumée s’échappe. 

 

N’oubliez pas également de braquer les roues à l’arrêt, d’opérer une marche arrière et de passer tous les rapports afin de constater la bonne santé du véhicule. 

Pendant l’essai routier, testez les équipements de bord si cela n’est pas déjà fait comme la climatisation, l’autoradio, le régulateur de vitesse, les différentes commandes au volant et sur le tableau de bord. 

Si aucun voyant n’est apparu lors de l’essai alors c’est un bon signe !  

Bien entendu, il y a énormément d’aspects techniques à vérifier mais nous n’allons pas tous les énumérer car cela va aussi dépendre du véhicule que vous avez entre les mains. Ne vous inquiétez pas, nous avons aussi pensé à réaliser des tutoriels pour les véhicules les plus achetés sur le marché de l’occasion. 

Ayez en tête que cette expérience est aussi stressante pour vous que pour le vendeur surtout si c’est un particulier car il se peut que ce soit la première fois qu’il/elle vend son véhicule. Vous pouvez donc commencer à détendre l’atmosphère, si tout se passe bien, par des discussions plus cools, des petites blagues, etc… Cela permet de rendre l’acte plus amusant et moins formel même si ça reste une transaction importante pour les deux parties et aussi, ça permet de faire une belle transition vers une éventuelle négociation. 

 

 

V- La négociation: Comment bien négocier ? Nos conseils.

 

Si jusque-là aucune anomalie n’a été détectée, que le véhicule vous plait toujours autant et que le feeling avec le vendeur (particulier ou professionnel) est au rendez-vous alors vous pouvez commencer à entamer les négociations. Sachez que vous n’avez rien à perdre à tenter de baisser le prix du véhicule donc autant le faire et le faire bien ! 

 

Négocier auprès d’un professionnel: 

Chez les pros, il est plus difficile de faire baisser le prix car comme vous pouvez l’imaginer, ils doivent dégager une marge et baisser le tarif c’est baisser leur profit. D’autant plus qu’ils ont des charges relativement conséquentes (logistiques, stockage, préparation, etc…) donc il va falloir être bon communicant. Pour mettre toutes les chances de votre côté, un professionnel est sensible à une transaction qui peut se faire rapidement car ça lui libère de la place et il pourra se réapprovisionner derrière. Donc vous pouvez tenter de négocier en proposant un achat rapide s’il accepte. Autrement, si vous avez réussi à savoir depuis combien de temps le véhicule est sur son parc cela peut être un argument de négociation supplémentaire. En effet, si la voiture est en vente depuis plus d’un mois, par exemple, alors il sera plus ouvert à une négociation car il subit la dépréciation du véhicule. 

Si vous rencontrez un refus catégorique concernant une baisse du tarif, alors vous pouvez toujours négocier des services supplémentaires comme une livraison à domicile, une extension de garantie, le coût de la carte grise, des accessoires (triangle, gilet jaune), la prochaine révision annuelle. En règle générale, un professionnel soucieux de bien faire vous offrira quelque chose même si c’est qu’un gilet de sécurité car il veut avant tout voir des clients satisfaits. 

 

Négocier auprès d’un particulier: 

Pour bien négocier auprès d’un vendeur particulier, il suffit d’essayer le plus possible de se mettre à sa place et de connaître les motivations de la vente. Si le propriétaire vend son véhicule, par exemple, en raison d’un déménagement, d’une séparation, il est désireux d’avoir une vente rapide et sera plus à même de négocier le tarif. C’est pour cela qu’il est important de poser des questions en amont et de s’informer sur les raisons de la vente afin de mieux appréhender la négociation par la suite. 

De combien faut-il négocier ? Telle est la question ! C’est ce qui est intéressant lors d’une négociation. Pour connaître cela, il faut avant tout savoir sur quels arguments vous vous basez pour négocier. Si par exemple, vous négociez le tarif car la révision annuelle n’a pas été faite alors vous allez déduire le montant de cette révision avec un supplément pour le désagrément qui peut être de 100 voire 200 euros. Si vous jouez sur le fait que le véhicule est au-dessus de sa côte, alors munissez-vous de preuve qui atteste vos dires et négociez le tarif sur la base du prix du marché.

 

La clé réside donc dans l’information que vous aurez accumulée lors de la visite et des discussions avec le vendeur. Plus vous en savez, plus vous pourrez négocier le prix !

 

 

VI- Le paiement: payer en toute sécurité.

 

Le prix vous convient ? Maintenant il est question de réaliser la transaction. C’est souvent un moment de friction pour les deux parties car il y a de la méfiance. 

Voici les conseils que nous pouvons vous donner pour réaliser une transaction sécurisée :

 

Les services de paiement sécurisés:

 PayCar, Tripartie ou Obvy proposent de bloquer les fonds sur un compte tiers ce qui permet au vendeur de savoir que les fonds sont bien présents et qu’il peut laisser partir le véhicule. Une fois la cession établie, le vendeur reçoit les fonds. C’est un service payant mais qui rassure les deux parties. 

 

Le virement classique: 

Demandez le RIB du vendeur et une fois le virement effectué, envoyez la preuve de virement (fournie par votre banque) et déterminez une date pour la restitution du véhicule. 

 

Un chèque de banque: 

Vous pouvez faire la demande auprès de votre banque pour effectuer un chèque au nom du propriétaire. Le chèque de banque rassure le vendeur car il est certain que celui-ci est approvisionné. 

 

Évitez les règlements en espèces car d’une part, il est interdit de réaliser un paiement de plus de 1000 euros en liquide en France et d’autre part, vous n’aurez aucune trace de la transaction. En cas de sinistre, votre assureur sera incapable de vous dédommager si il n’y a pas de preuve de paiement. 

 

 

VII- Tout savoir sur la partie administrative.

 

Pour finaliser la transaction, il y a des documents officiels à compléter entre vous et le vendeur. Le contrat de cession est un document normalisé par un numéro cerfa 15776*01. Il faut le compléter en deux exemplaires, un pour le vendeur et un pour vous (voir ici comment rédiger un contrat de cession).

 

Lors de la vente il faut : 

  • Un contrat de cession dûment rempli et signé
  • La carte grise barrée et datée par le vendeur en entier (fini les coupons à découper)
  • Le contrôle technique
  • Le certificat de non gage
  • Les documents relatifs au véhicule 
  • Une copie de la pièce d’identité du vendeur 
  • Une copie de votre pièce d’identité à lui fournir 
  • Une déclaration d’achat uniquement si le vendeur est professionnel 
  • Facture (si professionnel) 

N’oubliez pas d’assurer votre véhicule avant de le récupérer, pour cela demandez au propriétaire une copie du certificat d’immatriculation afin de l’envoyer à votre assureur et il vous fournira une attestation d’assurance provisoire le temps que vous fassiez vos démarches administratives. 

 

 

VIII- Plus que quelques papiers…

 

Et bien après c’est le moment d’apprécier votre nouvelle acquisition mais il reste encore des petites choses à faire.

 

Comment faire sa carte grise: 

Cette rubrique fait l’objet d’un article que vous trouverez ici. 

Cela dit, voici la liste des pièces à fournir pour effectuer votre certificat d’immatriculation : 

Carte grise barrée et signée par le vendeur 

Contrat de cession (toujours garder un exemplaire pour vous) 

Mandat d‘immatriculation(si vous faites appel à un bureau d’immatriculation qui feront les démarches à votre place) 

Demande de certificat d’immatriculation cerfa 13750 dûment remplie et signée

Permis de conduire recto verso

Copie de la pièce d’identité recto verso 

Attestation d’assurance

Justificatif de domicile 

Contrôle technique de moins de 6 mois 

 

Une fois que vous avez résolu les questions administratives, là vous pouvez aller profiter et cruiser avec votre nouveau véhicule. Pensez à nous envoyer des photos de vous et votre bolide sur nos réseaux sociaux !

réseaux sociaux-facebookréseaux sociaux- instagram

 

 

Il est l’heure d’aller chercher votre voiture !

 

Vous pouvez maintenant aller acheter votre voiture d’occasion avec moins d’appréhension ! 

 

Points clés à retenir: 

Évaluer la cohérence des propos du vendeur.

Effectuer un essai routier, c’est primordial pour se faire une idée de l’état du véhicule.

Toujours essayer de négocier le prix, vous n’avez rien à perdre !

Prendre le temps qu’il faut pour les modalités administratives.

 

Il est également possible d’être accompagné par un professionnel qui vous fera une inspection complète de la voiture convoitée et sera plus à même de négocier le tarif au plus bas en usant des meilleurs arguments.

J’ai trouvé ma voiture

Acheter d’occasion OUI mais surtout acheter sans risque!
Faites inspecter votre futur véhicule
par nos Raoul.

Je suis en pleine recherche

Renseignez quelques critères et on vous accompagne dans la sélection des meilleures annonces auto du web.
Et c'est gratuit bien sûr !

Un besoin ? Une question ?

Nous serons ravis de vous aider !