• Raoul

Les nouvelles réformes en 2021


Si vous n’avez pas tout saisi des annonces qui ont été faites pour 2021, pas d’inquiétude ! Raoul vous a fait un petit (gros) article pour vous résumer tout cela.

Si vous ne trouvez pas ce dont vous avez besoin, vous pouvez toujours nous envoyer un petit message sur nos réseaux sociaux, Raoul se fera un plaisir de vous répondre !



Bonus


Commençons par les bonnes nouvelles que vous pourriez louper : un bonus de 1 000 € a été introduit pour l'achat de voitures électriques d'occasion d’au moins deux ans. Sachez qu'elle peut être combinée avec la prime à la casse.

Une autre bonne nouvelle, le bonus écologique à l'achat d'une voiture neuve sera prolongé jusqu'au 30 juin 2021. Vous pouvez toujours obtenir jusqu'à 7 000 € de primes pour l’achat d’un véhicule électrique ne dépassant pas les 45 000 €. Ou bien 2 000 € pour l’achat d’un véhicule hybride rechargeable n'excédant pas les 50 000 € avec une autonomie en mode électrique supérieure à 50 km.

Cependant, le montant changera à partir du 1er juillet. Il sera réduit de 1 000 euros avec les mêmes critères.



Prime à la casse


Tout comme le bonus écologique, la prime à la conversion (ou prime à la casse) sera prolongée jusqu'au 30 juin de cette année. Selon vos revenus, vous pourrez toujours vous attendre à obtenir entre 2500 et 5000 € en achetant une voiture électrique ou hybride, tandis que le choix d'un véhicule Crit'Air 1 ou 2 (toujours en fonction de vos revenus) entre 1500 et 3000 € d’aides.

À compter du 1er juillet, les véhicules thermiques Crit'Air 2 ne pourront plus bénéficier du bonus de conversion. Par conséquent, les véhicules diesel seront exclus du dispositif. Il faut donc cibler les véhicules électriques, les hybrides rechargeables ou l'essence Crit'Air 1 pour en bénéficier.



Trois taxes supprimées


Depuis le 1er janvier, le gouvernement a supprimé trois taxes jugées trop peu rentables. Veuillez noter qu'il ne s'agit évidemment pas d'un cadeau, car l'augmentation du malus compensera et rapportera beaucoup plus à l’Etat. Plus précisément, les propriétaires de voitures considérées comme polluants seront heureux d'apprendre que la taxe annuelle de 160 € disparaîtra définitivement. Par ailleurs, les malus pour les voitures d'occasion de plus de 10 chevaux fiscaux font également leurs adieux, tout comme la taxe sur les véhicules de plus de 36 chevaux, qui coûtent jusqu'à aujourd'hui 500 € par cheval dans la limite de 8 000 €.



Retour aux 90 km/h dans certains départements


Bonne nouvelle pour les routes secondaires françaises, qui sont de plus en plus nombreuses à repasser à 90km/h ! Depuis 2020 les présidents de départements peuvent décider de repasser la vitesse maximale autorisée. C’est le cas de l’Aube et la Mayenne, qui ont changé leur vitesse maximale depuis le 1er janvier, suivra l’Aveyron, qui prévoit de le faire d’ici le printemps prochain. D’autres pourraient également suivre la tendance, mais les échéances ne sont pour l’instant pas connues.



Bornes de recharge


En mai dernier, le gouvernement promettait d'accélérer l'installation de bornes de recharge dans le cadre de son «objectif de 100 000 bornes de recharge». De nombreuses mesures ont été prises dans ce sens. Parmi elles, «appliquer le taux de réduction et d'exonération de TVA de 5,5% à la pose, l'installation et l'entretien des infrastructures de recharge des véhicules électriques résidentiels».

De plus, les familles qui souhaitent équiper leurs parkings de bornes de recharge peuvent bénéficier d'avantages fiscaux. Ce crédit d'impôt fait suite au crédit d'impôt transition énergétique (Cite), avec un plafond de 3 000 € et 75% des frais d'installation.



Un nouveau malus plus sévère


Après les bonnes nouvelles, voici les moins bonnes … Le nouveau malus écologique est entré en vigueur en 2021 ,et est finalement moins sévère que ce qui était initialement prévu. Le montant maximum n'est plus de 40 000 €, mais 30 000 € à partir de 219 g / km de dioxyde de carbone, contre 20 000 € auparavant. Celui-ci est déclenché à partir de 133 g / km de dioxyde de carbone (auparavant 138 g / km).

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le gouvernement a déjà fixé le barème pour les deux prochaines années. D'ici 2022, les véhicules seront malussés à partir de 128 g/km de CO2, et le seuil tombera à 123 g/km de CO2 en 2023.

Dans le même temps, le super-malus atteindra 40 000 € en 2022 et 50 000 € en 2023. Veuillez noter que le barème pour les deux prochaines années pourrait être revu par l'Assemblée Nationale.

Quant au malus au poids, il a été repoussé à 2022. Rappelez-vous que si vous dépassez le seuil de 1 800 kg, cela vous coûtera 10 € par kilo supplémentaire.



Les tarifs des péages à la hausse


Il fallait s’y attendre : tous les ans au mois de février, les prix des péages seront revus à la hausse. Cependant, l'augmentation devrait être limitée à environ + 0,4%, contre + 0,8% en 2020. Ce calcul prend en compte le taux d'inflation de l'année, qui fut bas en 2020.



Le nombre de radars va augmenter


De la même manière que les prix des péages augmentent, le nombre de radars est en hausse chaque année. Le gouvernement souhaite plus que jamais agrandir le parc de radars, alors qu’une grande partie avait été détruite durant la crise des Gilets Jaunes en 2019. L’objectif cette année étant d’atteindre 4 700 radars.

Pour aller avec les radars fixes, les voitures-radars continuent de croître, notamment celles des sociétés privées. Nous devrions aussi voir apparaître un nouveau type de radar : le “radar urbain”, le successeur du radar-tourelle.



De plus en plus de Zones à Faibles Émissions


Ces zones ont pour objectif de lutter contre la pollution dans les grandes villes, comme à Paris et dans le Grand Paris, Lyon et Grenoble, elles vont se multiplier en 2021. On en comptera 7 supplémentaires cette année. Aix-Marseille, Montpellier, Nice, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse devraient s’ajouter à la liste. Les véhicules Crit’Air 3, 4 et 5 ne pourront plus y accéder ou seulement à certains moments, selon ce que décideront les autorités locales.



Les pneus hiver bientôt obligatoires


A partir du 1er novembre, 48 départements dans les massifs montagneux devront utiliser des chaînes ou des pneus hiver. Cependant, chaque préfet sera chargé de déterminer quelles villes seront concernées par cette nouvelle mesure.

Plus précisément, tous les véhicules légers, utilitaires et camping-cars sans pneus cloutés seront tenus d’avoir des chaînes à neige (en métal ou en textile) sur les deux roues motrices, ou les quatre pneus hiver.

L’objectif de ce décret est de limiter les embouteillages sur les routes dans les régions montagneuses et d'améliorer la sécurité des usagers de la route.

D’ici là, les chaînes sont obligatoires uniquement sur les routes enneigées comportant un panneau « B26 équipements spéciaux obligatoires ».